Blog

4

Retour à tous les articles

Le rôle du père dans l’orientation du jeune

par

Le père joue-t-il un rôle particulier dans l’orientation professionnelle de son adolescent ?

Nombreux sont les jeunes qui s’interrogent sur leur avenir lorsqu’ils sont au lycée ou même encore à la fac. Pour quoi suis-je fait, quels sont mes talents propres, quelle est ma valeur, quelle est ma place dans le monde ?

On retrouve beaucoup de jeunes adultes qui peinent à s’engager dans une voie, qui ont peur de se tromper, qui ne parviennent pas à s’affirmer dans leurs choix. Quelle est l’origine de ces difficultés ?

Pour les praticiens de l’Analyse de la Personnalité Professionnelle, le rôle du père est majeur dans la détermination du jeune, dans la croissance de la confiance en soi.

L’accompagnement parental est essentiel pour la construction de l’enfant, et notamment la reconnaissance de sa singularité. L’adolescent a besoin de sentir qu’il a des aptitudes particulières différentes de ses frères et sœurs ou de ses camarades de classe, besoin de savoir qu’il est unique. Alors qu’en général, la mère a un rôle plus maternant, protecteur, qui lui permet de grandir dans un environnement sécurisant, le père a tendance à inciter le jeune à développer son autonomie, à le responsabiliser, à le pousser hors de la maison. Par ces manifestations le père exprime qu’il a confiance dans sa capacité à entreprendre sa vie, à voler de ses propres ailes. C’est un peu comme si le jeune s’entendait dire de son père : « Va mon fils/ma fille, je sais que tu en es capable ».

En recevant cette onction paternelle, qui est à la fois une reconnaissance de sa singularité et une confiance donnée, l’adolescent est en mesure de choisir librement sa voie.

Or il n’est pas rare que cette onction paternelle n’ait pas été donnée et que le jeune soit perdu dans ses études. Deux cas de figure sont fréquents : soit les parents expriment qu’il est libre de faire ce qu’il veut, qu’il a le choix et que quoi qu’il fasse ils seront heureux pour lui mais ils en oublient de lui dire les aptitudes particulières qu’ils ont observées chez lui. Le jeune ne sait pas quels sont ses dons et ce qu’il peut bien faire de sa vie. Soit les parents détectent de grandes aptitudes et placent une grande ambition dans leur adolescent à laquelle il ne parvient pas à répondre positivement parce que cela ne correspond pas à son élan intérieur. La confiance du père dans son aptitude à poser des choix adultes est absente, comment alors se lancer dans une voie ?

Les parents sont sur une ligne de crête difficile à tenir mais on peut comparer leur rôle et plus encore le rôle paternel à celui du tuteur qui permet à la plante de grandir droit avant que cet appui lui soit ôté pour qu’elle puisse se déployer pleinement. Un soutien essentiel, structurant mais qui est amené à disparaître pour laisser le jeune adulte prendre son envol. Un défi passionnant à relever !

4

Retour à tous les articles

Commentaires

2 Commentaires

  1. Bonjour 🙂
    Cette onction paternelle dont vous parlez n’est-elle pas simplement une fonction que n’importe quel parent peut avoir ? Au delà de son genre et de la composition familiale. En effet, les familles nucléaires hétéronormées (un père et une mère mariés avec des enfants) ne représentent plus la majorité des familles dans notre société. Peut-être faudrait-il songer à adapter cela à la réalité du vécu de ses jeunes.
    Sachant que le sexe ou le genre ne détermine pas de comportement inné… Merci pour votre lecture.

    Réponse
    • Bonjour,

      Merci pour votre message.

      La composition de la famille a en effet changé. Cependant je suis convaincue par mon expérience d’accompagnement que la mère et le père ont un rôle différent à jouer dans l’orientation des jeunes. Les jeunes expriment un besoin d’être reconnu, encourager par leur père et de le voir s’impliquer sur cette question.

      Cela ne veut pas dire qu’un jeune privé de père ne trouvera pas sa voie car il peut recevoir cette onction d’une autre figure paternelle : un oncle, un grand frère, un professeur.
      Dans les faits cette onction est souvent donnée par le père ou un autre référent paternel mais elle peut dans certaines situations être donnée par la mère ou un référent maternel. Cela est beaucoup plus rare mais cela arrive.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *